Ne sommes nous pas tous unis dans la souffrance engendrée par l’acte dément que tous relaient avec tant de complaisance ; ne sommes nous pas en deuil ? et le deuil ne doit il pas être une période de retenue ? ne pas attendre que la dernière pelletée de terre ne soit retombée sur les tombes, n’est ce pas obscène ? Oui, le malheur fait vendre et la plupart des médias français l’ont bien compris. Mais cela ne les grandit pas et nous non plus

Qui fait revenir la sécurité dans la campagne si ce n’est ces mêmes médias ? On ne peut ouvrir une radio, lire un journal sans entendre les analyses de ces fameux experts qui savent toujours tout expliquer après (les guerres, les révolutions, même les canicules !) mais qui ne savent jamais rien prévoir ou prévenir avant. Les Français ont-ils encore le choix de leur information quand on voit le règne de cette pensée unique ?

Et d’ailleurs, les Français ne sont ils plus préoccupés par la crise, par leurs emplois et leur pouvoir d’achat, par l’école de leurs enfant et l’avenir de leurs jeunes, par leur retraite et par leur système de santé ? Tiens, on ne parle plus d’Arcelor, ça n’intéresse plus ? En tout cas, ce n’est pas ce que me disent tous les citoyens avec qui je parle régulièrement »sur le terrain » en ce moment !

Nous voulons tous vivre en sécurité et il ne faut pas faire d’angélisme. Il faut donner aux forces de l’ordre tous les moyens nécessaires au maintien de cette sécurité et la lutte anti terroriste doit bénéficier d’une attention toute particulière dans ces temps troublés sur le plan international. Il faut aussi donner les moyens à la police et à la gendarmerie les moyens d’assurer notre sécurité dans notre quotidien, dans nos quartiers, dans nos villages. Il nous faut des forces d’intervention rapide mais il nous faut aussi de la police de proximité car c’est elle qui, par sa connaissance du terrain, a la capacité à repérer le jeune qui commence à déraper et les comportements dangereux.

Enfin n’oublions pas, dans nos débats, la sécurité la plus demandée par les Français : l’emploi !